Nouvelles littéraires / Prières : attentat, paradis...

Prières : attentat, paradis...

Devant LUI défilaient les bourreaux, les soldats, les tueurs, les dictateurs, les requins de la finance, les tueurs de l'État. Ils avaient la conscience claire. Ils avaient obéi aux règles imposées. Sans tricher, sans mentir, dévoués totalement à leur rôle, à l'image de Dieu...

D'autres encore se présentaient : des gens assassinés, humiliés, abusés, des enfants maltraités, des voleurs à la petite semaine, qui revendiquaient le passage au seul nom de leur souffrance terrestre.

l'Attentat : aquarelle pour PrièresPuis, soudain, arriva devant lui dix-neuf types hurlant Allah est grand ! Nous le savons, nous avons sacrifié nos vies pour lui !

Et derrière eux, des milliers de gens fauchés à l'heure du travail.

En même temps, monta une vaste clameur de la Terre. Un chant de douleur et de compassion, poussé par des millions de coeurs unis en un seul, le conjurant de les aider.

L'amour humain... ah ! l'amour humain ! Comment ne pas y être sensible, se dit-il.

Il se déplaça et laissa tout ce monde libre d'entrer. Certains se détournèrent, le reste de la colonne s'ébranla à nouveau. Un des derniers de la longue file s'arrêta à sa hauteur, et lui demanda, en parlant des terroristes qui avaient franchi le passage : « Même eux, Seigneur ? »

Mais le Seigneur, touché par la prière des hommes, n'était plus qu'AMOUR.

Le type hésita. Son coeur serait-il assez pur ? Ou bien préférait-il porter sa souffrance humaine encore un peu ?

Tel était le jugement de Dieu : même au seuil du paradis, l'homme restait libre.

Claude Belcourt
15 septembre 2001