Nouvelles littéraires / Prières : J'ai raté ma vie

Prières : J'ai raté ma vie

— Si tu n'es pas content, tu sors d'ici !

J'ai raté ma vie : aquarelle pour PrièresTout était dit. Le père venait de placer son fils au pied du mur. Il avait eu beau se jurer depuis son berceau qu'il ne dirait jamais ces paroles ; par paresse, pour radiner sur les arguments, il avait laissé échapper cette phrase maudite. Il avait été trop lâche pour faire autre chose que de céder à son exaspération.

Et maintenant que son fils avait quitté, il était là, sans dormir, à faire le compte de toutes ses lâchetés. De tout ce qu'il avait fait subir à ses enfants par pur égocentrisme. À faire le compte de tout ce qu'il avait rêvé de donner sans jamais trouver l'abnégation de le faire. Son plus vieux avait quitté le foyer paternel après avoir pleuré. Les larmes de la brisure venaient de crever l'enfance, entraînant son fils orgueilleusement vers l'homme qu’il serait ; le laissant, lui, derrière, le dos voûté sous la masse du vide.

Il songea que sa tristesse était sans doute encore une fois tournée vers lui-même. Sans doute était-ce le choc d'entrevoir que sa vie avait passé, q'il vieillissait, qu'il avait réalisé si peu, et tellement mal. L'avait-il outillé correctement ? Oui, certainement. Mais il lui avait insufflé aussi tout le poison de ses angoisses… Et surtout, il avait gaspillé le fil de rêves qui lui était imparti.

Tout était déjà derrière lui. Son gars plongeait spontanément dans la vie avec les moyens qu'il possédait tandis que, lui, émergeait de cette traversée depuis le rivage de ses 17 ans jusqu'à cette nuit sans sommeil, pitoyable, coupable.

Il avait raté sa vie ; raté avec ses enfants, raté à réaliser ses songes, raté même à faire honneur à la vie en en savourant chaque moment. « Qui me pardonnera ce gâchis ? » pensa-t-il.

L'image de Dieu lui effleura l’esprit, mais pour y croire, il aurait fallu être moins lâche. Croire exigeait une tension de l'esprit, une tendance…

À son réveil, sa femme l'appela pour faire l'amour. Il s'excusa. Il était vieux.

Claude Belcourt
Septembre 2001